Sources Anti-« Pass-Sanitaire »

 

Dernières mises à jours : 05/10/2021

 

Depuis le début de cette pandémie, nous sommes ballottés de droite à gauche par les médias, par le gouvernement, par les complotistes et toutes les différentes sphères « Anti » ou « Pro-vaccin ».

Notre position est claire, de nombreux citoyens et de nombreux Gilets Jaunes ont choisi de ce faire vacciner contre la COVID-19 (SARS-CoV-2), et bien entendu nous ne sommes pas anti-vaccins, mais nous refusons l’obligation de vaccination, et par conséquence le « Pass sanitaire » et toutes les entorses à la liberté que nous impose le gouvernement depuis le début de cette pandémie.

Comment peut-on accepter cette façon de gouverner, ce conseil de défense mise en place en février-mars 2020 par Emmanuel Macron ?
Avec un leader suprême qui prend toutes les décisions, sans ordre du jour, sans concertation, pas de compte-rendu, des débats secrets, et à la fin, Macron qui décide seul de l’avenir de la France.

Depuis quelques années, nos gouvernants s’acharnent à réduire nos libertés pour notre sécurité disent-ils, du droits de manifester au droit de circuler dans nos rues, sur tous les fronts nous sommes restreints. Il est temps de réagir !

Concernant la Crise de la COVID-19, nous insistons sur le fait que chaque personne doit avoir les informations claires et objectives afin d’avoir le droit d’accepter ou de refuser un traitement médical. C’est le consentement libre et éclairé.

En outre, le débat ne se réduit pas à l’anti-vaccination ou pas, celui-ci est plus profond, et cette politique s’en prend aux fondements même de ce qu’est la liberté, et donc la liberté de disposer de son corps.

Dans cet article, nous allons essayer de trouver les informations nécessaires pour se faire son avis sur la situation, et pour prendre les meilleures décisions.

Nous ne sommes pas neutres c’est sûrement vrai, et consciemment ou non, nous lirons avec plus d’attention l’interview qui défend l’opinion qui est la nôtre. De manière plus générale, en lisant le journal, nous tous passons plus de temps à lire les articles avec lesquels nous sommes d’accord… Mais force est de constater que les médias, dans la grande majorité suivront les directives de nos gouvernants et de la bien-pensance, cette même bien-pensance qui caresse toujours dans le sens du poil pour être du coté des forts aux dépens de la vérité et de la justice, et surtout éviter à tout prix  d’être marginalisé et mis sur le banc des accusés.

Quoi qu’il en soit, nous essayerons tant bien que mal, de rester objectifs, et de trouver les meilleures sources possibles pour argumenter nos réponses, et nous prendrons en compte vos réponses qui pourront être contradictoires à nos écrits sous réserve d’apporter un avis constructif et d’avoir pour vous aussi les sources les plus fiables possibles.

C’est pourquoi, cet article qui a plus des allures de revue de presse évoluera dans le temps, et de nouvelles sources pourront être rajoutées mais aussi enlevées si nous estimons qu’elles sont douteuses et pas assez fiables.

 

 


Quel est le réel niveau de dangerosité du Covid-19 ? et combien de décès dus au COVID-19 ?

C’est une question assez large qui mérite d’être débattue, mais qu’en est-il des chiffres exacts ?

Si l’on prend les chiffres bruts, à l’heure ou cet article est écrit, nous avons 112 000 décès cumulés depuis le début de la pandémie de décembre 2019 imputés au COVID-19 en France

Alors peut-on, doit-on, a-t-on le droit de contester ces chiffres ? et meurt-on « du Covid » ou « avec le Covid » ? creusons le sujet.

La collecte des informations concernant les décès dans les hôpitaux n’est malheureusement pas fiable, et c’est un comble dans notre monde de technologie et d’informatique.

 

 

Selon Sylvain Rousselot (15 Février 2021)

Prendre en compte le nombre de décès comme valeur phare ne suffit pas à valider les mesures prises par le gouvernement lors de cette « crise » sanitaire du Covid-19, il faut prendre le taux du nombre de décès, c’est à dire, le nombre de décès par rapport au nombre de personnes d’une même tranche d’âge, pour pouvoir estimer correctement si crise sanitaire il y a.

Il est donc facile à comprendre que cette augmentation du nombre de décès est en grande partie dû au fait que les « baby boomers » arrivent malheureusement et progressivement en fin de vie.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=IPu4QvUHaQE&t=2s

 

On peut noter une large surestimation du nombre de positif au COVID d’après France tv info.

Source :  https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/covid-19-sante-publique-france-revoit-ses-chiffres-une-surestimation-du-taux-d-incidence-et-de-positivite-corrigee-2108092.html

 

A titre de comparaison, Le tabac, l’alcool et la pollution tuent plus que le COVID à ce jour. A-t-on pris des mesures exceptionnelles, et a-t-on bloqué l’économie et transformé radicalement notre mode de vie pour contrer cela ? La question reste en suspend.

 

Source : https://www.notre-planete.info/actualites/4378-causes-mortalite-monde

 

Aujourd’hui il est difficile de juger efficacement du nombre de personnes décédées de complications dues au COVID, c’est d’autant plus difficile que ce sont essentiellement des personnes atteintes de comorbidités et de plus de 70 ans. Il est donc facile de classer dans la section « COVID » une personne âgée décédée de complications autres, mais positive au COVID juste avant son décès.

 

D’après Le professeur Klaus Schwab, fondateur et Président du Forum Économique Mondial ainsi que son co-auteur, Mr Thierry Malleret dans le livre « COVID-19 la grande réinitialisation » (Mai 2020)

« Fin juin 2020 (alors que l’épidémie fait toujours rage en Amérique latine, en Asie du Sud et dans une grande partie des États-Unis), la COVID-19 a tué moins de 0,006 % de la population mondiale. Pour replacer ce chiffre bas dans son contexte en termes de mortalité, la grippe espagnole a tué 2,7 % de la population mondiale et le VIH/SIDA 0,6 % (de 1981 à aujourd’hui). La peste de Justinien, depuis ses débuts en 541 jusqu’à sa disparition définitive en 750, a tué près d’un tiers de la population de Byzance selon diverses estimations, et la peste noire (1347-1351) aurait tué entre 30 et 40 % de la population mondiale de l’époque. La pandémie de COVID-19 est différente. Elle ne constitue pas une menace existentielle, ni un choc qui laissera son empreinte sur la population mondiale pendant des décennies. »

 

A propos des jeunes, selon Jean-Michel Claverie ( Virologue et fondateur de la Société Française de virologie)

« C’est un mensonge d’état, … les jeunes ne font pas de maladie grave avec le Covid, encore moins avec le variant DELTA, qui s’apparente à un gros rhum »

Aussitôt dit, aussitôt inscrit à la longue liste des personnes blacklistées qui contestent le discours officiel.

 

Il est intéressant de prendre en compte les chiffres de décès de la grippe en chute libre pour 2020, mais sans doute on attribuera cela à toutes les précautions sanitaires mises en place cette année la.

 

Selon le Dr Häussler (Allemagne) (31/08/2021)

« Nous avons déterminé que dans un bon 80 % des décès officiels de COVID-19 signalés depuis début juillet, l’infection sous-jacente remonte à plus de cinq semaines et, par conséquent, il faut supposer que [le virus] COVID-19 n’était pas la cause réelle de la mort « , le Dr Häussler a déclaré dans une interview selon les médias allemands.

 


Qui décède du COVID 19 ?

Répartition des personnes décédées du coronavirus (COVID-19) en France du 1er mars 2020 au 1er juillet 2021, selon la tranche d’âge

Soit 73 % des victimes du coronavirus en France avaient 75 ans et plus.

Les chiffres avancés sont ils justes ? car aucune autopsie n’est pratiqué pour prouver qu’une personne est décédée du Covid-19.

Les professionnels de santé français suivent les recommandations de l’OMS (disponibles ici) pour « estimer » si une personne est décédée du Covid-19 ou d’une autre pathologie, selon M. Rey. 

De nombreuses sources nous indiquent clairement que les chiffres sont des estimations, et qu’aucune analyse médicale ne valide efficacement les causes du décès.

 

Santé Publique France souligne toutefois que cette évaluation « est susceptible d’être surestimée » car certains décès comptés en Ehpad étaient des « suspicions de Covid-19« .

« Si le dossier médical d’un patient décédé présente les complications habituelles – décompensation, toux, détresse respiratoire – et qu’il a été testé positif, on estime qu’il s’agit d’un mort lié à la maladie », a dit le 26 août à l’AFP Bernard Bouverot médecin légiste

« Quand le test PCR est positif, la personne est comptabilisée. S’il y a juste des suspicions on va regarder s’il y a les symptômes connus« , a commenté auprès de l’AFP Grégoire Rey, directeur du centre d’épidémiologie sur les causes de décès (CépiDc).

 

 


Les vaccins sont-ils fiables ?

Il est vrai que sur cet injection « obligatoire », on nous demande de faire confiance aveuglement a ces laboratoires pharmaceutiques qui ont créer un vaccin ARNm en un temps record.

Il est important de prendre en compte le grand nombre de condamnation de l’entreprise PFIZER, l’une des principales entreprise fabricant du vaccin le plus répandu à ce jour, pour, entre-autre, corruption avec des représentants de gouvernement.

 

Selon Franceinfo (20/09/2021)

Vaccination des moins de 12 ans : « On doit rester prudent », estime l’infectiologue Odile Launay

Face au manque de données sur la vaccination des plus jeunes, l’infectiologue Odile Launay estime qu’il vaut mieux attendre et faire preuve de prudence.

Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/vaccination-des-moins-de-12ans-on-doit-rester-prudent-estime-l-infectiologue-odile-launay_4778239.html

 

Selon 20min.ch (31/08/2021)

« En Suisse, 96 myocardites liées au vaccin anti-Covid. L’inflammation du cœur causée par le vaccin touche surtout les jeunes garçons. »

 

Selon le Washington Post (29 Juillet 2021)  « La variante delta du coronavirus semble provoquer une maladie plus grave que les variantes précédentes et se propage aussi facilement que la varicelle et ce, malgré la vaccination »

 

Selon le journal « the conversation »

Maintenant on nous explique que « Le variant Delta est capable de contourner en partie la protection offerte par les vaccins, une protection qui, de plus, semble s’estomper un peu avec le temps, et ce même après injection des deux doses ; Avec le variant Delta, l’immunité collective est beaucoup plus difficile à atteindre. »

En Israël, 60 % des personnes hospitalisées sont désormais vaccinées.

 

Selon le Lancet (20 Avril 2021)

« Les études sur l’efficacité des vaccins ont été largement diffusés et débattus dans des communiqués de presse et des médias, parfois de manière trompeuse. Bien que l’attention s’est concentré sur l’efficacité des vaccins et en comparant la réduction du nombre de cas symptomatiques, comprendre pleinement l’efficacité et l’efficacité des vaccins est moins simple qu’il n’y paraît. Selon la façon dont la taille de l’effet est exprimée, une image tout à fait différente peut émerger »

« L’efficacité du vaccin est généralement rapportée comme une réduction du risque relatif (RRR). Il utilise le risque relatif (RR)—c’est-à-dire le rapport des taux d’attaque avec et sans vaccin—qui est exprimé comme 1–RR. Le classement par efficacité rapportée donne des réductions de risque relatif de 95 % pour les vaccins Pfizer-BioNTech, 94 % pour le Moderna-NIH, 91 % pour le Gamaleya, 67 % pour le J&J et 67 % pour les vaccins AstraZeneca-Oxford. Cependant, le RRR doit être considéré dans le contexte du risque d’être infecté et de tomber malade avec COVID-19, qui varie entre les populations et au fil du temps. Bien que le RRR ne considère que les participants qui pourraient bénéficier du vaccin, la réduction du risque absolu (ARR), qui est la différence entre les taux d’attaque avec et sans vaccin, prend en compte l’ensemble de la population. Les ARR ont tendance à être ignorés car ils donnent une taille d’effet beaucoup moins impressionnante que les RRR : 1,3 % pour l’AstraZeneca-Oxford, 1,2 % pour le Moderna-NIH, 1,2 % pour le J&J, 0,93 % pour le le Gamaleya, et 0,84% pour les vaccins Pfizer-BioNTech… »

 

Selon le Collectif AVOCATS SANTÉ ET LIBERTÉ

« Dans la mesure où la pharmacovigilance de ces vaccins ne permet pas, aujourd’hui, de s’assurer de la sécurité des vaccins sur le long terme, plus que jamais chacun devrait rester LIBRE de consentir ou non à se faire vacciner. Rendre la vaccination obligatoire est par conséquent inconcevable… »

 

A la fin du mois de juin 2021, la pharmacovigilance européenne avait déjà enregistré environ 9 000 décès liés à la vaccination uniquement pour le vaccin de Pfizer. (Laurent Mucchielli)

 

Cette nouvelle technologie de vaccin ARNm dont certains nous expliquent les dangers.

Comme le Docteur Byram Bridle, Canadien,  immunologiste viral qui déclare « La protéine Spike présente dans les vaccins ARN messager est elle-même toxique et dangereuse pour l’homme »

 

Lorsqu’une personne décède suite à une vaccination COVID, on nous explique que « Les bénéfices l’emportent sur les risques », et que les 739 morts au 30 janvier 2021 suite à la vaccination, pourrait s’expliquer par le fait que  » quelqu’un meurt après avoir reçu le vaccin ne signifie pas que cette mort soit liée au vaccin ». Ce qui fonctionne dans un sens, ne marche pas dans l’autre et il nous est donc interdit de dire que  » si quelqu’un meurt après avoir été testé positif au COVID cela ne signifie pas que cette mort soit liée au COVID »

 

Comment explique-t-on que l’entreprise Pfizer décide d’augmenter les tarifs de ces vaccins (Passant ainsi de 15,50 à 19,50 euros) vendus à l’Union européenne alors qu’ils EXPLOSENT (33.5 milliards de dollars) leur bénéfices ?

Lorsqu’un produit est fabriqué en grande quantité, son coût de production ne devrait-il pas baisser ? donc son prix de vente ne devrait-il pas baisser aussi ?

 

Les vaccins à ARNm et les femmes enceintes

Vacciner les femmes enceintes contre le Covid-19, « c’est prendre un énorme risque vis à vis des générations futures : c’est une folie« , avance le gynécologue-obstétricien Alain Bellaiche

 

Effets indésirables de la vaccination : Selon le dernier baromètre de l’établissement public, 70 288 cas de complications ont été recensés sur 72 millions d’injections réalisées depuis le début de la campagne de vaccination en 2020

 

Les complications suite à la vaccination avec le Vaccin Pfizer.

Doit-on occulter les dangers aussi rares soient-ils du vaccin Pfizer ? Encore une fois doit-on forcer la population à ce faire vacciner avec un produit susceptible d’être dangereux ?

Maddie de Garay, 12 ans, a été volontaire dans le cadre d’une étude sur le « vaccin » contre la COVID-19 et se trouve maintenant dans une chaise roulante.

 

 

Selon le Dr Laurent Montesino (11 Août 2021)

« ne serait t’il pas plus cohérent de réserver la vaccination aux sujets les plus à risques, les personnes âgées et/ou porteuses d’importantes comorbidités ? Les sujets jeunes ont beaucoup plus de chances de présenter des problèmes médicaux du fait du vaccin que de la co-vide ! Est-il logique de vouloir vacciner les sujets les plus jeunes avec un produit non-dénué d’effets secondaires (et je rappelle qu’il y a eu des morts et des hospitalisations chez des patients très jeunes juste après la vaccination) alors qu’il est illusoire d’atteindre une immunité collective du fait de l’apparition inéluctable des variants ! Je vous laisse réfléchir à cette question… »

Source :

 

 

Selon le Professeur Philippe Poindron, virologue : «Il ne faut pas vacciner tout le monde» (02 Juillet 2021)

 

Selon Arnaud Huboud-Peron, chirurgien orthopédiste à l’hôpital de Tarbes.

« Cette injection n’est pas un vaccin, c’est une thérapie génique. Cette injection est responsable de complications qu’on appelle effets indésirables mais ce sont en fait des complications. Ce qui se passe actuellement est dramatique car à l’hôpital, depuis le 20 août, deux jeunes de 17 et 20 ans ont des myocardites, deux jours après leur vaccination »

 

Selon la RTBF, les effets secondaires du vaccin ARNm sont-ils minorés voir dissimulés ? (5 septembre 2021)

La RTBF, nous apprend que 3 cyclistes de 15 à 17 ans, appartenant à une même équipe, ont été hospitalisés pour une myocardite peu après leur vaccination. Cependant, pas d’inquiétude car c’est très rare : 1 cas sur 100 000.
Question :  Sont-ils  300 000 dans cette équipe ?

 

 

 

 

Source : RTBF

 

Selon Le monde les vaccins Moderna sont dangereux (25 Aout 2021)

« Au Japon, 1,63 million de vaccins Moderna suspendus pour anomalie, extension des mesures sanitaires »

Source : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/08/25/origines-du-sars-cov-2-la-fenetre-de-tir-pour-mener-l-enquete-se-referme-s-alarment-les-experts-de-l-oms_6092345_3244.html

 

Selon Jean-Paul Bourdineaud (29 Juillet 2021)

« Aux Etats Unis, le « centre de contrôle des maladies » (center of disease control, CDC) a estimé les risques liés à la vaccination chez les jeunes de moins de 25 ans : elle est de 50 cas de cardiopathie pour 100.000 contre 15 cas de forme sérieuse du covid-19 pour 100.000. Dans cette tranche d’âge les risques vaccinaux sont donc trois fois supérieurs à ceux du virus. Il ne faut donc pas vacciner les jeunes ! Ou bien seulement ceux obèses ou ceux ayant des pathologies les fragilisant, mais telle n’est pas la décision du ministère de la santé en France où les enfants sont poussés vers la vaccination »

Source : Lettre à Charlie – PDF

 

 

Qu’en est-il des vaccins « Made in France » ?

le vaccin de Valneva est en étude clinique de phase 3. Ce qui fait de l’entreprise la seule en Europe à avoir atteint ce stade pour un vaccin à virus entier inactivé. (Différent de ARNm)

Valneva ne comprend pas son ostracisation du marché des vaccins contre le Covid. Valneva, qui met également au point des vaccins contre le chikungunya (en phase 3) et la maladie de Lyme (en phase 2), commercialise déjà deux vaccins « de voyage » – contre l’encéphalite japonaise et le choléra…

 

 

Et les autres traitements ?

 

Selon EMBO Molecular Medicine, (12 juillet 2021) relayé par l’institut PASTEUR

« l’ivermectine pourrait être considérée comme un agent thérapeutique contre la Covid-19… »

 


Être vacciné empêche-t-il d’avoir la Covid ?

La réponse est clair, non, vous pouvez être touché par la COVID et ses différents variant en étant vacciné et donc transmettre le virus.

Toutefois, selon une étude très récente de l’institut Pasteur prépubliée le 28 juin 2021, « les personnes non vaccinées ont 12 fois plus de chance de transmettre le virus que les personnes vaccinées »

L’efficacité des vaccins contre le variant Delta ne serait que de 50 %

Sur cette vidéo, Virginie Masserey nous indique que « Les personnes vaccinées infectées transmettent autant que les personnes non vaccinées infectées ».

 

Coronavirus : malgré les vaccins, Israël s’alarme d’une augmentation des cas.

 


Les actions du gouvernement nous protègent-ils ?

Le gouvernement d’Emmanuel Macron conseillé à grand coup de millions d’euros nous impose indirectement la vaccination par différent stratagèmes, forcing, et matraquage avec l’appuie de certains médias nationaux, le Pass-Sanitaire en est la clef de voûte.

Toutefois, posons-nous les bonnes questions :

 

Pourquoi le gouvernement supprime-t-il des lits d’hôpitaux  pendant l’une des plus grande pandémie de ce siècle ?

 

Alors que « Au nom des « économies », le gouvernement supprime des lits,  le contrôle du Pass sanitaire à l’hôpital lui va coûter 60 millions d’euros par mois, selon une estimation de la Fédération hospitalière de France. (France Info 22/07/2021)

 

Pourquoi l’Europe et les différentes états mondiaux n’imposent-ils pas la levée des brevets sur les vaccins anti-covid ?

Quel pourrait-être le prix à payer pour la levée des brevets sur les vaccins COVID-19 ? ce prix serait-il supérieur aux bénéfices monstrueux des laboratoires pharmaceutiques ?

Ne sommes-nous pas dans l’une des plus grandes pandémies que le monde est connu ? (Dixit les médias)

Dans cette optique, les vaccins doivent être considérés comme des biens communs et non comme des biens commerciaux.

 

Que pouvons nous penser d’un président qui nous dit tout est son contraire en l’espace de quelques mois ?

E.Macron en Avril 2021 :

« Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis. »

 

 

Les actions du gouvernement « téléguidé » par les américains via des agences de conseil.

Selon Consultor (28 Septembre 2021)

« un total de 9,56 millions d’euros : tel est le total des honoraires acquittés par le ministère de la Santé à McKinsey pour l’accompagnement fourni au ministère pour le déploiement de la vaccination covid-19… »

« vingt-huit contrats passés entre le ministère de la Santé et sept cabinets (Accenture, CGI, Citwell, Deloitte, JLL, McKinsey et Roland Berger) entre le 12 mars 2020 et le 9 février 2021 pour un montant total de 11,35 millions d’euros… »

Source : https://www.consultor.fr/devenir-consultant/actualite-du-conseil/6667-info-consultor-strategie-vaccinale-made-in-mckinsey-une-facture-a-10-millions-d-euros.html

 

 

Le projet de loi « Pass-Sanitaire » décidé en quelques jours selon Vincent Brengarth, AVOCAT (10 Août 2021)

« Ce qui est assez spectaculaire, c’est que cette loi a été voté en moins de 7 jours, le projet de loi a été déposé le 19 juillet et voté le 26 juillet 2021, sur une loi qui est extrêmement attentatoire aux libertés individuelles, on met moins d’une semaine pour pouvoir le débattre au sein du parlement, ce qui ne peut qu’interroger… »

 

Les médecins obligés de répondre aux attentes d’un Emmanuel MACRON abusant de ses pleins pouvoirs.

« La Haute Autorité de santé et le Conseil national de certification, tels deux gendarmes, seront désormais l’oreille et la voix de l’exécutif pour mieux contrôler le Conseil de l’Ordre des médecins. Cette institution de droit privé devra désormais se ranger à la politique inquisitoriale de l’État en dénonçant, en sanctionnant voire en révoquant les médecins qui refusent de relayer l’obligation vaccinale pour leurs patients et pour eux-mêmes, ou en récompensant les bons élèves qui savent piquer sans compter. »

 

Selon Philippe POINDRON, Virologue et professeur honoraire de virologie à l’université de Strasbourg
« Je ne suis pas favorable à la vaccination obligatoire, la vaccination est uniquement utile pour les gens à risques de plus de 75 ans ou ayant des comorbidités… »

 

Allons nous vers une vaccination périodique ?

Tous nous porte à le croire avec les différents variants qui émergent, si tel est le cas, et malgré le peu d’efficacité des vaccins sur les variants, les laboratoires pharmaceutiques verront leurs chiffres d’affaires croître considérablement d’années en années. et ne se priveront pas d’augmenter le prix des vaccins.

Pfizer explose ses bénéfices et prévoit de vendre pour 33,5 milliards de dollars de vaccins en 2021

 

Les députés vote le Pass-Sanitaire pour les citoyens, mais pas pour eux !! un non sens !

 


Le masque fausse bonne idée ?

 

Plusieurs études attestent de son efficacité contre la transmission du SARS-Cov-2. Pourtant, d’autres scientifiques dénoncent des conclusions biaisées et mettent en gardent contre la fausse sécurité conférée par le port du masque.

« Si vous êtes en bonne santé, vous ne devez utiliser un masque que si vous vous occupez d’une personne présumée infectée par le Covid-19 », indique clairement sur son site l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Autrement dit, le masque n’est pas recommandé pour l’ensemble du public. « Il n’existe aucune preuve que le port d’un masque par des personnes en bonne santé puisse empêcher d’être infecté par des virus respiratoires », insiste l’OMS.

70% des contaminations se font par les aérosols

 

 


Le Pass Sanitaire anti-constitutionnel ?

 

Soumettre l’exercice de certaines activités à la présentation d’un « Passe sanitaire » aboutit en pratique à une obligation vaccinale pour le personnel intervenant (travaillant) dans les domaines listés ainsi qu’aux citoyens souhaitant y accéder : en effet, la contrainte représentée par le fait de devoir se rendre toutes les 48 heures dans un centre habilité pour y subir un prélèvement nasal non remboursé à compter de l’automne (environ 27 euros à ce jour pour un test PCR soit 405€ par mois) dans des centres qui seront probablement raréfiés et engorgés (du fait du non-remboursement) constitue une mesure d’effet équivalent à une obligation vaccinale.

 

Passe sanitaire : les dix points d’alerte de la défenseure des droits (Clair Hédon)

  1. La nécessité d’un débat démocratique
  2. Un texte «flou»
  3. Risque d’atteinte à la «liberté d’aller et de venir»
  4. Le contrôle d’un partie de la population par une autre
  5. Risque de discrimination à l’emploi
  6. Des risques «considérables» d’atteinte aux droits de l’enfant
  7. Les personnes pauvres pourraient être doublement victimes
  8. Des mesures d’isolement étendue sur des bases potentiellement «insuffisantes»
  9. Des risques de «surveillance générales»
  10. Vaccination obligatoire et discrimination

 

Pass sanitaire, loi antiterroriste : une « réduction des libertés incontestable » pour François Saint-Bonnet, historien du droit.

 

Passe sanitaire: «En matière de libertés, l’exception a une tendance inquiétante à devenir la règle»

C’est pourtant le même exécutif qui déclarait l’an passé, lors de la mise en place de la première application « StopCovid », que la France ne se doterait jamais d’un outil de traçage numérique de la population. Puis, qu’il ne deviendrait jamais obligatoire.

«Quatorze mois auront suffi pour passer d’une simple application de suivi de l’épidémie, facultative et basée sur le volontariat, à un Pass Sanitaire obligatoire»

 

Le contrôle du Pass Sanitaire à l’hôpital va coûter 60 millions d’euros par mois.

Et puis il y a les conséquences et les dérives. Pass sanitaire : Oui, une clinique a refusé une patiente n’ayant pas de Pass Sanitaire

Ce qui reviens à penser qu’il faudra prouver que l’on est pas malade avant d’entrer dans certain hôpitaux… Un monde absurde ce dessine devant nous…

 


 

Qui aurait pus imaginer avant la crise du COVID-19, que le vaccin serait tellement sûr qu’il faudrait menacer la population pour le prendre, et que la maladie serait si mortelle que l’on devrait se faire tester pour savoir si on l’a.

 

Merci pour votre soutien et n’hésitez pas à nous signaler tous les liens défectueux.

 

Rédacteur GJ-Saint-Avold

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *